top of page

RÉTROSPECTIVE DE L’ANNÉE 2022

SUMMERSIDE (Î.P.É.), janvier 2023 – Encore une année très riche pour la communauté acadienne et francophone de l’Î.P.É.! En 2022 plus que jamais, nous avons déployé tous nos efforts pour représenter nos intérêts et priorités sur les scènes communautaires, provinciales, et nationales. Du nouveau Plan d’Action sur les Langues Officielles aux cibles en immigration francophone revendiquées par la FCFA et le réseau national, en passant par Impact Francophonie : retour sur ce qui a marqué la dernière année.


JANVIER ÉTATS GÉNÉRAUX DU POST-SECONDAIRE La Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada (FCFA) a mis en place, en partenariat avec la SAF’Île et les autres organismes porte-paroles des provinces Atlantiques, un forum citoyen virtuel, traitant des états généraux du post-secondaire en situation minoritaire. Le but? Établir un état des lieux du post-secondaire en français au sein des provinces Atlantiques, dont l’Île-du-Prince-Édouard fait partie, et comprendre les connexions qui existent entre ses institutions et le marché du travail. Tenu le 26 janvier pour l’Île-du-Prince-Édouard, le forum avait également pour ambition de lier les provinces Atlantiques derrière la thématique du post-secondaire, afin de renforcer leur impact à échelle globale. Charles Duguay, vice-président de la SAF’Île, mais aussi père de famille, est intervenu pour faire part de sa propre expérience.

Le sommet visant à tirer le bilan de ces échanges a eu lieu les 24 et 25 mars 2022, mené par la FCFA et l’ACUFC (Association des collèges et universités de la francophonie canadienne). Un rapport a par la suite été publié, contenant 32 recommandations, dont voici les deux principales :

  • Établir un programme fédéral permanent pour appuyer l’éducation post-secondaire en milieu francophone minoritaire.

  • Mettre en place des mécanismes structurants pour augmenter la collaboration entre les institutions, mais aussi avec la communauté, et les gouvernements.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter la charte de principes de ce rapport. CONSULTATION PRÉ-BUDGÉTAIRE 2022-23 Lors de sa participation à la consultation pré-budgétaire 2022-23 du gouvernement provincial, la SAF’Île est revenue sur les enjeux prioritaires de la petite enfance, de l’éducation, de la santé, et de l’immigration francophone. Il a été souligné un manque flagrant de services bilingues à l’échelle de la province et une insuffisance de ressources par rapport aux besoins, que la SAF’Île a proposé de pallier avec l’appui d’un fonds de solidarité pour le secteur communautaire et d’un financement dédié aux ententes de services avec le gouvernement. Afin de représenter au mieux la communauté dans ses attentes et d’orienter les actions des organismes communautaires, un sondage bilingue, « VIVRE EN FRANÇAIS ENSEMBLE » avait été lancé en amont des consultations.


FÉVRIER

APPEL À PROJETS DE LA COMMISION MIXTE DE COOPÉRATION RÉGIONALE DE LA SNA

En février, tous ceux qui avaient une idée de projet pour rapprocher le Canada Atlantique et la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon, ont été invités à proposer leur projet à la Commission Mixte France-Canada de la Société Nationale de l’Acadie (SNA). Cet appel annuel, soutenu par la SAF’Île, vise à accentuer les liens et la coopération régionale, grâce à une aide financière proposée pour les projets les plus pertinents. Il est développé en collaboration avec l’association Miquelon Culture Patrimoine, membre actif de la SNA.

RETARD DANS LE RENOUVELLEMENT DU PROJET DE LOI SUR LES LANGUES OFFICIELLES

Le projet de loi sur les langues officielles n’a pas été déposé, mettant ainsi en défaut la promesse initiale du gouvernement. En effet, il avait été adressé aux Canadiennes et Canadiens que ce projet de loi serait présenté dans les 100 premiers jours de mandat du nouveau gouvernement, élu fin 2021. Edgar Arsenault, président de la SAF’Île, espère que ce délai supplémentaire parviendra à combler certaines lacunes du projet en développement. Pour lui, certaines priorités seraient notamment l'augmentation du pouvoir accordé au Commissariat des Langues Officielles et à la mise en place de clauses d’entente entre les gouvernements fédéral et provincial pour encadrer l’usage de financement dédié aux communautés de langues officielles en situation minoritaire.


MARS

RENDEZ-VOUS DE LA FRANCOPHONIE

La SAF’Île, la Fédération Culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard (FCÎPÉ) et leurs partenaires communautaires et gouvernementaux ont annoncé l’ouverture de la 24ème édition des Rendez-Vous de la Francophonie, placée sous le thème : « Ces traditions qui forgent les identités ».

« Encore une fois, ces Rendez-vous de la Francophonie sont une grande fierté pour notre communauté à l’Île et nous avons hâte de pouvoir contribuer à son rayonnement à travers tout le pays » - Edgar Arsenault, président de la SAF'Île.

Particulièrement marqués par la diversité de la Francophonie canadienne et par son ouverture sur le monde, ces Rendez-Vous furent également l’occasion d’explorer la francophonie par le biais de l’artisanat. Mention spéciale pour l’œuvre collective et participative qui mit en valeur la solidarité et le partage d’une vie en français à l’Île, initiée par la SAF’Île et ses six comités régionaux. Créée en collaboration avec l’artiste Lynn Gaudet, La francophonie de l’Île à travers les arts et les traditions fut une activité artistique gratuite, visant à utiliser des techniques d’arts différents selon la région où elle se rendait, pour donner naissance à une œuvre d’art unique en son genre.



LE NOUVEAU PROJET DE LOI SUR LES LANGUES OFFICIELLES A ÉTÉ DÉPOSÉ

Surnommé « projet en demi-teinte » par la Société, le projet de loi sur les langues officielles a finalement été déposé par la Ministre Ginette Petitpas-Taylor. Il ne tient malheureusement pas compte de toutes les promesses mentionnées dans le document de réforme présenté par la Ministre Mélanie Joly, qui s’occupait de cette modernisation au sein du précédent gouvernement.

« Il y a des gains importants, mais il faut encore travailler sur certains points pour se dire mission accomplie. » - Liane Roy, présidente de la Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada (FCFA).

L’une des absences notables concerne la question des clauses linguistiques exécutoires dans les ententes de transfert et financement entre le gouvernement fédéral et provincial. Autres questions majeures : le rôle ambigu de Patrimoine Canadien, les pouvoirs réduits du Commissaire aux langues officielles ou encore l’absence d’une décision claire quant à l’immigration francophone. La FCFA, au nom des différents organismes porte-paroles, poursuit une étude du projet de loi, pour assurer que toutes les personnes citoyenne.s du Canada aient accès aux mêmes droits.


FORMATION CONTRE LES VIOLENCES FAMILIALES

Proposée par le Centre d’information juridique communautaire (Community Legal Information), une formation en ligne contre les violences familiales a été offerte en anglais, avec traduction simultanée en français, au grand public. Par l’intermédiaire du programme RISE, cette formation marque le début de la prise en main des problématiques de violence et de harcèlement en 2022. Une initiative que soutient pleinement la SAF’Île, qui prévoit de se joindre à ces efforts à l’automne 2022, par le biais du projet « Bienveillance au travail », qui rendra accessible des ressources en français incluant le contenu du programme RISE.


DÉVELOPPEMENT DE BROCHURES POUR LES CENTRES SCOLAIRES-COMMUNAUTAIRES

Modèle innovant, véritable espace de vie en français au service de toute la communauté insulaire, composé d’un centre de la petite enfance, d’une école et d’un centre communautaire, le concept de centre scolaire-communautaire peine encore à se faire valoriser à travers la province.

Dans une optique de clarification et de mise en lumière de ces plaques tournantes de la francophonie et de la culture acadienne à travers la province, la SAF’Île et les six comités régionaux se sont alliés, grâce au financement du Gouvernement du Canada, afin de créer des brochures, qui présentent les spécificités de chaque centre scolaire-communautaire régional. Disponibles dans les centres des six régions acadiennes et francophones de l’Île, elles permettent de prendre connaissance des activités et services offerts.


DEMANDE DE PROLONGATION DU MANDAT DE LA LIEUTENANTE-GOUVERNEURE

La Société a écrit au bureau du Premier Ministre du Canada pour faire part de son souhait de continuer à voir l’Honorable Antoinette Perry tenir le rôle de lieutenante-gouverneure de l’Î.P.É. Son Honneure est en effet une belle représentation de la communauté acadienne et francophone de l’Île, et n’a malheureusement pas eu l’occasion de profiter de toutes les opportunités liées à son mandat, en raison de la pandémie de COVID-19.


LA SAF’ÎLE, PARTENAIRE DES JEUX DU CANADA

La SAF’Île a été annoncée comme partenaire officiel des Jeux du Canada 2023 par le Comité Organisateur des Jeux. La contribution de l’organisme n’est pas financière, mais se présente sous forme d’investissement de temps et d’énergie, via un protocole d’entente avec le Comité. Avec pour objectif d’assurer la place du français dans le cadre des Jeux, la SAF’Île poursuit les efforts déjà débutés avec la journée de l’esprit des Jeux du Canada, au mois de février. La Société espère notamment recruter des bénévoles francophones afin de pouvoir assurer les services dans les deux langues, et donner aux jeunes des autres provinces l’envie de revenir à l’Île-du-Prince-Édouard.

Retrouvez l’intervention d’Isabelle Dasylva-Gill, directrice générale de la SAF’Île, au micro de Radio Canada ici.


AVRIL

LA FCFA DEMANDE L’ADOPTION D’UNE NOUVELLE CIBLE EN MATIÈRE D’IMMIGRATION FRANCOPHONE

Un constat sans appel : sur les plus de 400 000 immigrants qui attendaient leur statut de résident permanent en 2021, moins de 2% étaient francophones. Poussée par ces chiffres explicites, la FCFA (Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada), dont la SAF’Île est membre, a interpellé le gouvernement afin qu’il mette en place une cible plus ambitieuse en matière d’immigration, une cible de réparation qui permettrait d’atteindre les 20% d’immigrants francophones d’ici 2036. Une ambition tout à fait atteignable d’après Liane Roy, présidente de la FCFA, qui se base sur l’étude « Faire le point sur la cible en immigration francophone : bilan, enjeux et pistes d’actions », disponible sur le site internet de la Fédération. Pour rétablir le poids démographique de la communauté francophone et contribuer au renforcement des capacités de cette communauté, le gouvernement fut encouragé à mettre en place des passerelles entre les processus de demande de résidence temporaire et permanente, à lever les barrières administratives qui freinent les demandes d’étudiants et de travailleurs francophones à l’étranger, mais aussi à mettre en valeur les programmes d’immigration spécifiques, se focalisant sur le français en milieu linguistique minoritaire.









RENCONTRE DES DIRECTIONS GÉNÉRALES ORGANISÉE PAR LA FCFA

Lors de ce rassemblement de toutes les directions des organismes membres de la FCFA à travers le pays, des dossiers fondamentaux ont été abordés :


  • Projet de modernisation de la Loi sur les langues officielles

  • Plan d’action sur les langues officielles 2023-2028

  • Données linguistiques du recensement de 2021

  • Pénurie de main-d’œuvre au sein des communautés acadiennes et francophones


FONDATION SSTA : LANCEMENT DU CONCOURS 2022/23 ET NOMINATION DU PREMIER PARRAIN

Institution majeure pour l’accès à l’éducation en français, la Fondation SSTA a ouvert le processus de candidature aux bourses d’études postsecondaires en français au mois d’avril. Depuis 2021, une bourse accessible sans voie de concours a été initiée par une collaboration avec le ministère de l’Éducation du gouvernement provincial. Cette aide, Canada-ÎPÉ, est pluriannuelle, renouvelable et cumulable avec les autres bourses, et est destinée aux étudiant.e.s contraint.e.s d’aller à l’extérieur de la province pour continuer à étudier en français. Les inscriptions étaient ouvertes jusqu’au 31 mai 2022.

Le Père Eddie Cormier a été nommé parrain, pour la promotion 2022/23. Son rôle devait l’amener à promouvoir les bourses auprès des publics concernés, et à accompagner les jeunes récipiendaires de la promotion 2022/23. Lui-même bénéficiaire d’une bourse de la Fondation lui ayant permis de réaliser ses études au Québec, président de la SSTA à deux reprises, puis directeur général par intérimaire de cette même SSTA, et fervent représentant de la communauté, le Père Eddie Cormier a déclaré :

« J’accepte en toute humilité et avec fierté d’être le premier parrain de la Fondation SSTA (…) Connaître bien sa langue, pouvoir s’exprimer aussi en anglais est une richesse à ne pas oublier. Dans un Canada bilingue, la connaissance de ces deux langues ouvre bien des portes et offre de formidables opportunités pour contribuer à notre société. Allons de l’avant! »


DÉCÈS DU PÈRE EDDIE CORMIER : UNE PERTE IMMENSE POUR LA COMMUNAUTÉ

Peu de temps après avoir été officiellement annoncé comme parrain de la promotion 2022/23 de la Fondation SSTA, le Père Eddie Cormier s’en est allé. La peine qui a secoué la communauté fût grande, alors que tous ensemble, nous rendions hommage à la mémoire de cet homme engagé et bienveillant. Ayant à cœur la justice sociale et l’équité, le Père Eddie Cormier a officié partout à l’Île. Il a également participé à une mission en République Dominicaine pour venir en aide aux plus démunis, dans les années 1980. Impliqué auprès de l’Institut Cooper, un centre de recherche et d’éducation populaire sur la pauvreté, la justice et l’inclusion sociale, le Père Cormier a toujours participé avec ferveur et dynamisme à l’épanouissement de la communauté acadienne et francophone. Tous ses engagements l’ont conduit à recevoir l’Ordre du mérite coopératif en 2021.


RETRAITE DES DIRECTIONS COMMUNAUTAIRES RÉGIONALES


La SAF’Île et ses six Comités Régionaux se sont rassemblés à la Banque des Fermiers de Rustico, pour échanger sur leurs enjeux et redéfinir les valeurs essentielles à la communauté acadienne et francophone de l’Île. De nouveaux projets ont été mis en route!

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS EN RESSOURCES HUMAINES

Suivant l’objectif de consolider son équipe et en réponse à la frustration de devoir mettre plusieurs de ses projets de côté, la Société a lancé une campagne de recrutement à grande échelle, ouverte à tous profils et à toutes compétences, autant pour des missions contractuelles que pour des emplois à temps plein, ou partiel. À terme, le but serait même de pouvoir partager la banque de compétences mise en place avec les autres organismes communautaires dans le besoin.

Intervention au Réveil – Île-du-Prince-Édouard de Radio Canada en cliquant ici.

MAI

ÉTAT DES LIEUX DES DOSSIERS FRANCOPHONES, TROIS ANS APRÈS L’ÉLECTION DE DENNIS KING

En 2019, Dennis King était élu Premier Ministre de la Province, en plus de son mandat de ministre des Affaires Acadiennes et Francophones. Or, les dossiers n’évoluent pas à la vitesse souhaitée par la SAF’Île, comme le souligne Edgar Arsenault, son président, au micro de Radio-Canada.

Selon lui, la pandémie de COVID a représenté un défi pour toutes les communautés, mais aussi pour le gouvernement, rendant difficile toute forme de communication et d’évolution réelle.

Les ressources en éducation sont certes plus nombreuses, mais il s’agit de la seule amélioration au sein des priorités formulées par la communauté : la loi sur les services en français stagne, de même que la stratégie en immigration ou la demande de recours pour les tests de langue obligatoires imposés dans le milieu de la santé.

Beaucoup de dossiers nécessitent en réalité une prise en main par la Province, afin de rééquilibrer la balance entre défis et solutions.

NOUVEAU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE LA FCFA

La Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada (FCFA) a entamé un processus de renouvellement de son Conseil d’Administration, et a encouragé ses organismes membres – dont la SAF’Île fait partie – à proposer des candidatures provenant de leur Province. Jusqu’au 20 mai 2022, la campagne de recrutement visait à remplir huit postes, incluant la vice-présidence et la trésorerie. Se voulant plus inclusif et représentatif des diversités au sein de la Francophonie elle-même, ce CA voit son entrée en vigueur le 11 juin 2022, lors de l’Assemblée Générale Annuelle de la FCFA.

DÉBUT DES CONSULTATIONS SUR LE PLAN D’ACTIONS SUR LES LANGUES OFFICIELLES

L’Hon. Ginette Petitpas Taylor, ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada Atlantique, a lancé les consultations pancanadiennes sur le prochain Plan d’Action sur les Langues Officielles, dont l’application est prévue pour le Printemps 2023. Ces consultations sont fondamentales, car elles alimentent le projet de modernisation de la loi C-13, sur les langues officielles. Pour la présidente de la FCFA, Liane Roy, ce Plan d’Action représente la toile de fonds de toutes les améliorations du gouvernement fédéral en ce qui concerne les langues officielles. Une consultation est prévue à l’Île pour le mois d’août 2022.

Lors de ces rencontres, la ministre tentera de comprendre les besoins réels des communautés en situation linguistique minoritaire à la suite de la pandémie. Les investissements pourront ainsi être orientés vers les sujets prioritaires, dont l’éducation postsecondaire.

BOURSES DE LA FONDATION SSTA

Les candidatures pour les bourses attribuées par la Fondation SSTA étaient ouvertes jusqu’au 31 mai. Pour Isabelle Dasylva-Gill, directrice générale de la SAF’Île, ces bourses répondent au maintien de la langue française par le biais de l’apprentissage, y compris en postsecondaire. Le jury de cette année était composé de Robert Bullen, Sue LeMaistre et Stéphane Blanchard. Le nombre de candidatures reçu est très encourageant.

Dans les nouveautés de la Fondation, nous pouvons mentionner le choix du Père Eddie Cormier comme parrain et interlocuteur privilégié auprès de la promotion 2022/23 de boursiers, suivi par la grande tristesse de sa perte, peu de temps après. Afin d’honorer son engagement éducatif et communautaire, la Fondation a donc formulé l’idée de nommer l’une des bourses en son nom.

Retrouvez l’entretien d’Isabelle Dasylva-Gill auprès de Radio-Canada à ce sujet ici.

JUIN

FORUM DES LEADERS DE LA FCFA

Le président et la directrice générale de la SAF’Île se sont rendus au Forum des Leaders de la FCFA, afin de dresser un état des lieux sur la santé des organismes francophones du Canada, mais aussi d’avancer sur le renouvellement du Plan d’action sur les langues officielles, porté par l’honorable Ginette Petitpas Taylor. Ce Plan d’action servant à déterminer le financement de plusieurs programmes gouvernementaux et organismes œuvrant pour les situations de langue officielle minoritaire, les échanges avec la ministre ont été suivis avec attention.

En parallèle, les priorités stratégiques des organismes membres ont été établies, et les prix Boréal 2022 ont été remis à Laïla Faivre, du Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones (Boréal Inclusion) ; Caroline Magnan, du programme de Certification de Common Law en français (Boréal Rapprochement) et Jean d’Entremont, de la région d’Argyle en Nouvelle-Écosse (Boréal Leadership). L’AGA de la FCFA s’est tenue lors de cette rencontre, et a abouti à l’élection d’un nouveau conseil d’administration.



UNE ACADIENNE RÉCIPIENDAIRE DE L’ORDRE DE L’ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD

Claudette Thériault, native d’Abram-Village a été annoncée parmi les récipiendaires de l’Ordre de l’Île-du-Prince-Édouard, la plus haute distinction décernée par la province, en reconnaissance de son implication auprès de la communauté. Elle s’est en effet illustrée à travers de nombreuses actions bénévoles, notamment dans son rôle de présidente du Comité organisateur du Congrès Mondial Acadien en 2019. En 2023, elle renouvelle d’ailleurs l’expérience en tant que présidente des services VIP et protocoles des Jeux du Canada. Dixième Acadienne à recevoir cette reconnaissance depuis sa mise en place en 1996, Mme. Thériault a voulu partager ce prix avec toute la communauté acadienne et francophone de l’Île, ainsi qu’avec ses collègues et les précédents récipiendaires francophones. Claudette Thériault avait été recommandée par la SAF’Île auprès du gouvernement pour recevoir cette distinction. Les deux autres récipiendaires de cette année furent le docteur John Wallace Andrew et l’environnementaliste Gary Schneider. La cérémonie d’investiture a eu lieu à l’automne 2022.

« J'ai reçu la médaille « 0-10 ». Alors je sais que je suis la dixième Acadienne et francophone de l'Île à recevoir la médaille et c'est la dixième à être présentée en français. » - Claudette Thériault.



REDÉCOUPAGE DES CIRCONSCRIPTIONS ÉLECTORALES – DES CHANGEMENTS PRÉOCCUPANTS

La Société Acadienne et Francophone de l’Île-du-Prince-Édouard a pris part à l’audience de la Commission responsable du redécoupage des circonscriptions électorales. Les décisions prises à cette occasion servent à déterminer la répartition des sièges à la Chambre des Communes, il est donc fondamental de veiller à ce que les communautés acadiennes francophones ne soient pas divisées, afin que leurs voix puissent avoir un véritable poids sur le plan politique. Vous pouvez retrouver ici le processus de redécoupage en cours.

Or, ce dernier redécoupage est perçu comme préoccupant par les responsables de la Société, étant entendu que les données du recensement ne seront rendues publiques qu’à partir du mois d’août 2022. Dans les faits, ce constat soulève donc un enjeu majeur : celui de ne pas connaître l’impact véritable de la proposition de redécoupage électoral actuelle.

« Lorsqu’il s’agit d’une communauté de langue officielle en situation minoritaire, tout impact négatif, aussi petit qu’il soit, peut être considéré comme important puisque ça peut créer des précédents irréversibles. C’est pourquoi, la SAF’Île considère qu’il est essentiel d’avoir les données linguistiques les plus complètes possible. » déclare Isabelle Dasylva-Gill, directrice générale de la SAF’Île.

Afin de pallier ce problème, la SAF’Île s’est engagée à analyser en profondeur les résultats du recensement, après leur publication, et à envoyer les résultats de son analyse au secrétariat de la Commission. Une étude qualitative est également visée d’ici la fin de l’année 2022, pour donner plus de justesse dans la représentation des populations acadiennes et francophones à l’Île-du-Prince-Édouard, en collaboration avec des chercheurs de l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) et de UPEI.

RENCONTRES AVEC LE SECRÉTARIAT AUX AFFAIRES ACADIENNES ET FRANCOPHONES DE L’ÎPÉ.

La SAF’Île a eu l’occasion de rencontrer des représentants du secrétariat aux affaires acadiennes et francophones de la province, ce qui a permis de mettre à jour des dossiers majeurs, tels que le renouvellement de la Loi sur les services en français ou le plan stratégique du secrétariat pour 2022-2025. Cette réunion a également mis en évidence les lacunes de collaboration qui continuent d’exister entre le secrétariat et la Société, en tant qu’organisme porte-parole. L’une des priorités soulevées fut donc de resserrer les liens entre ces deux institutions.

JUILLET

LA FCFA ÉVALUE LA SANTÉ DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES

En écho à la mise en place du nouveau Plan d’action sur les langues officielles, la FCFA s’est alliée avec PGF Consultants et Socius recherche et conseil pour proposer une évaluation de la santé des organismes communautaires francophones et acadiens. Financé par le programme d’appui aux langues officielles du ministère du Patrimoine canadien, le projet espère, par le biais d’un sondage pancanadien, comprendre et articuler les attentes de la communauté acadienne et francophone envers ses partenaires fédéraux. Très importante pour le développement stratégique et le renforcement des organismes, cette évaluation met en évidence les clés pour une action communautaire durable.

LE SERVICE PARTAGÉ EN RH REÇOIT DU FINANCEMENT

Le Gouvernement provincial, par le biais de sa branche de Développement rural et régional, et l’APECA (Agence de promotion économique du Canada atlantique), ont confirmé prolonger le financement pluriannuel du projet de service partagé en RH pour trois ans. Une excellente nouvelle, qui permettra à ce service de continuer à se développer et d’alléger la charge déjà importante des organismes communautaires.

RETARD DÉCEVANT D’UN AVIS DE SANTÉ PUBLIQUE PRIMORDIAL EN FRANÇAIS

Il aura fallu près de 15 heures pour que la version française de l’alerte de santé publique faisant état de la présence de fentanyl dans la province, ne soit publiée, après la sortie de la version anglaise. Un retard très problématique, d’autant plus que l’avis s’adressait notamment à la région de Summerside, qui compte une population francophone active. L’alerte revient sur le danger que représente le fentanyl, un opioïde très puissant ayant causé au moins deux surdoses (et une surdose supposée) au cours des 24 heures ayant précédé sa publication. Le décalage de publication a donc mis en évidence l’inégalité de services entre population anglophone et francophone. L’un des représentants du ministère de la Santé et du Mieux-Être provincial a cependant assuré que le maximum était réalisé pour assurer cette promesse. Une justification jugée insuffisante par la SAF’Île, au vu de l’urgence de la situation. Le sujet fut porté au comité consultatif de la communauté acadienne et francophone, et relayé sur les médias sociaux, afin de dénoncer ces problématiques de communication. AOÛT RENCONTRE ENTRE LE MINISTÈRE DE L’IMMIGRATION ET LES ORGANISMES LOCAUX La secrétaire parlementaire Marie-France Lalonde, a souhaité échanger sur les enjeux liés à l’immigration francophone dans la province avec des représentants des organismes locaux, au nom de l’honorable Sean Fraser, ministre de l’Immigration, des réfugiés et de la citoyenneté du Canada. Parmi les thématiques abordées :

  • la problématique des barrières systémiques qui font obstacle aux efforts de recrutement des nouveaux arrivants.

  • le manque de cohérence entre les gouvernements fédéral et provincial.

  • l’absence de mesures de soutien gouvernemental pour les employeurs et les communautés d’accueil.

En décrivant leurs expériences concrètes, les intervenants communautaires espéraient donner au gouvernement fédéral une meilleure compréhension des incidences que peut poser la question de l’immigration sur leur quotidien, et ainsi encourager les décisionnaires à opérer à une véritable amélioration des politiques à ce sujet, en particulier lorsqu’il touche à la francophonie. Un travail réel pour atteindre la cible d’immigration réclamée par la FCFA (qui permettrait d’atteindre 20% d’immigrants francophones au Canada d’ici 2036) a notamment été demandé. Chacun espère voir la naissance de mesures coordonnées concrètes entre le gouvernement fédéral et provincial, afin d’éviter de tourner en rond. CONSULTATIONS PANCANADIENNES POUR LE PLAN D’ACTION SUR LES LANGUES OFFICIELLES La ministre des Langues officielles et responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, l’honorable Ginette Petitpas-Taylor, s’est rendue à Summerside pour sa tournée pancanadienne sur les Langues officielles. Dans le cadre du renouvellement de la loi sur les Langues officielles (loi C-13), elle a en effet pour mandat de proposer un nouveau Plan d’action pour appuyer l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire et promouvoir le français partout au Canada et au Québec. À l’Île-du-Prince-Édouard, elle a interrogé plus d’une trentaine de représentants provinciaux et communautaires sur leurs réalités. Le continuum en éducation, de la petite enfance au post-secondaire, a été mentionné comme un défi clé, de même que la question des services en français et de l’immigration. Un constat qu’appuyaient également les participants au questionnaire pancanadien mis en ligne pour l’occasion, puisque 62% d’entre eux estimaient que vivre, apprendre et travailler en français était l’un des plus grands défis pour les communautés francophones en situation minoritaire. Les participants à cette rencontre ont également fait part de la nécessité pour les organismes communautaires de consolider leurs fonds, pour pouvoir répondre réellement aux besoins de la communauté, y compris en situation de postpandémie. Des solutions à ce propos ont été avancées:

  • la mise en place de mécanismes légaux pour assurer que les transferts du gouvernement fédéral à la province soient imputables dans tous les domaines de développement, incluant le communautaire.

  • le développement d’un fonds de solidarité pour le milieu communautaire, et la systématisation d’un financement de base stable, pluriannuel et indexé à l’augmentation du coût de la vie.

  • la création d’ententes de services entre le milieu communautaire et le gouvernement, afin de garantir une continuité des services bilingues.

  • la promotion du bilinguisme comme atout économique, et la facilitation de reconnaissance de compétences acquises à l’étranger et dans les institutions francophones locales.

Pour assurer un suivi à cette consultation, une lettre résumant les attentes de la communauté a été envoyée à la ministre. Au mois de décembre 2022, le rapport sur les Consultations pancanadiennes sur les langues officielles 2022 a été rendu public.

LE FRANCO-TOUR DE L’ÎLE CÉLÈBRE LA FÊTE NATIONALE DE L’ACADIE

Pour la seconde année, la Société acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., les six comités régionaux et leurs différents partenaires ont fait le choix d’étaler les célébrations de la Fête Nationale de l’Acadie sur plusieurs jours, donnant l’opportunité à chacun de profiter d’un maximum d’activités à travers l’Île. Cette année encore, les festivités ont été marquées par le partage et la joie de vivre propre aux acadien.ne.s et francophones. Après plusieurs années d’incertitudes liées à la pandémie, c’était bon de se rassembler! La cérémonie protocolaire officielle s’est quant à elle déroulée au Centre acadien de Prince-Ouest, à DeBlois, le dimanche 14 août.

« Il y a plusieurs façons de vivre la Fête Nationale de l’Acadie. Permettre aux gens de visiter les différentes régions de l’Île et de vivre ces différentes expériences, uniques dans chaque région, c’est ça qui a plu. » - Isabelle Dasylva-Gill, pour Radio-Canada.



RECENSEMENT DÉMOLINGUISTIQUE DE LA POPULATION : LES DONNÉES SONT TOMBÉES

Statistique Canada a publié le quatrième ensemble de résultats du recensement de 2021, portant sur la diversité linguistique au Canada. Ce dernier révèle un recul du nombre de francophones au global, de 22,2% en 2016 à 21,4% en 2021. À l’Île-du-Prince-Édouard, la proportion de francophones reste inchangée (soit 0,1% de la population revendiquant connaître le français, contre 86,2% pour l’anglais en 2021), même si les données indiquent que le nombre de personnes estimant que le français est leur première langue officielle parlée a baissé de 0,3%.


Cette année, le recensement contient pour la première fois des données relatives à la langue d’instruction, y compris au sein des communautés minoritaires de langue officielle. Un ajustement capital pour Edgar Arsenault, président de la SAF’Île, qui fait référence à celles et ceux qui, à cause d’une insécurité linguistique, ne s’identifient pas totalement comme francophones de langue maternelle :

« Pourtant leur voix est bien francophone et indispensable pour le respect des droits des canadiennes et canadiens. Cette réalité est enfin prise en compte et c’est déjà un succès. » (Edgar Arsenault)

Autre nouveauté : alors que l’anglais et le français sont en baisse en tant que langues parlées de façon prédominante à la maison dans la province, près de 6% des insulaires indiquent parler une langue tierce chez eux. Ainsi, le mandarin est plus souvent parlé que le français dans les foyers de l’Î.P.É., en faisant la première langue non officielle à accomplir cet exploit.

Ces résultats permettent d’affirmer, une fois encore, l’urgence d’atteindre les cibles en immigration francophone, et d’agir pour la préservation de la langue française à un niveau national. Afin d’encourager de nouvelles mesures en ce sens, la Société mène un projet d’analyse en lien au dernier recensement, en collaboration avec l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF), qui servira à offrir une représentation plus juste de la répartition de la population acadienne et francophone dans la province, et donc à mieux répondre à ses besoins.

CAMPAGNE « J’AIME LOCAL, ÎPÉ »

La Société a intégré le projet de vidéos promotionnelles pour la campagne « J’aime local, ÎPÉ », en partenariat avec la Chambre de commerce acadienne et francophone. Cette série de vidéos avait pour objectif de promouvoir l’achat local et de mettre en avant les produits et services proposés dans les différents organismes francophones de l’Île.

Pour voir la vidéo de la SAF’Île, cliquez ici.






SEPTEMBRE

IMPACT FRANCOPHONIE! ENSEMBLE, PARLONS-EN…

Sur le modèle des rencontres réalisées au Nouveau-Brunswick, les « Parle-Ouères », la SAF’Île – en collaboration avec ses six comités régionaux – a présenté un nouveau projet ambitieux et ludique, visant à rencontrer les membres de la communauté, à travers les six régions acadiennes et francophones de l’Île. Ce projet, nommé « Impact Francophonie! » qui a été l’occasion de recueillir de manière informelle les enjeux des acadiens, francophones et francophiles de la province, et d'identifier des solutions, pour que chacun puisse vivre au mieux en français au quotidien. Plus encore, ce projet a permis de très belles rencontres.

Animées par Darlene Arsenault, les sessions ont mis en valeur l’impact individuel que chacun pouvait avoir sur la francophonie et sur son avenir, ne serait-ce qu’en affichant sa culture et sa langue. Pour poursuivre l’impact du projet de manière durable, les soirées régionales ont été également retranscrites sous format vidéo par la firme On y va média, et mises en ligne sur la chaîne Youtube de la SAF'Île. Impact Francophonie! a été rendu possible grâce à l’appui financier de Patrimoine Canadien.

Retrouvez l’intervention d’Isabelle Dasylva-Gill à ce sujet sur Radio-Canada ici.


INCIDENT AU FESTIVAL ACADIEN

Deux personnes ont été agressées lors de la 51ème édition du Festival Acadien, qui a eu lieu à Abram-Village la première fin de semaine de septembre. Choqué, au même titre que toute la communauté, par la violence de ces actes, le président de la SAF’Île, Edgar Arsenault, a tenu à s’exprimer :

« Je veux tout d’abord exprimer ma solidarité avec les personnes qui ont été ciblées par les actes commis vendredi dernier. Ces gestes sont absolument inacceptables et en tant que président de la SAF’Île, j’offre mon engagement personnel à lutter contre ces comportements pour que ça ne se reproduise plus. »

Cet incident a soulevé dans la communauté une vague de solidarité et une volonté de mettre en avant ses valeurs, à l’opposé de la violence constatée lors de cette agression. Chacun s’est engagé à travailler pour que tout le monde, nouveaux arrivants comme habitants de longue date, puisse se sentir en sécurité dans la communauté francophone et acadienne insulaire.

LA SAF’ÎLE A UNE NOUVELLE DIRECTRICE ADJOINTE!

La Société acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard a eu le plaisir d’accueillir Karine Gallant, sa nouvelle directrice adjointe. Œuvrant dans les milieux culturel et communautaire depuis un très jeune âge, son engagement et son expérience en font une protectrice idéale de l’Acadie et de la francophonie. Bienvenue!

EDGAR ARSENAULT ET CHARLES DUGUAY PARTICIPENT AU FORUM BANFF

La 11ème édition du forum Banff, une rencontre de leaders originaires de partout au Canada autour des politiques publiques, s’est tenu à Charlottetown, sous le thème : « La confédération a 155 ans : le passé, le présent et les idées ambitieuses pour un avenir meilleur ». Edgar Arsenault et Charles Duguay, respectivement président et vice-président de la Société, y ont été invités. Edgar Arsenault a notamment tenu un discours présentant les enjeux des francophones de l’Île.

Malgré la méconnaissance de ces enjeux pour de nombreux participants, Charles Duguay a indiqué que, par ce dialogue enclenché, la communauté serait en mesure de se faire des alliés. Cette rencontre a aussi été l’occasion pour les deux représentants de gagner en confiance, et de porter les intérêts de la communauté francophone insulaire au niveau national.


OCTOBRE

103ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SOCIÉTÉ : AVENIR DU FRANÇAIS, AVENIR DE LA JEUNESSE

La 103ème Assemblée générale annuelle de la SAF’Île a eu lieu le samedi 22 octobre 2022, au Centre Belle-Alliance, sous la thématique « Avenir du français, avenir de la jeunesse ». L’évènement s’est structuré en trois parties :


  • Un dialogue communautaire, qui a été l’occasion de revenir sur le projet « Impact Francophonie ! », et de développer des témoignages enrichissants sur l’engagement au sein du milieu communautaire francophone.

  • Le banquet, lors duquel la SAF’Île a reconnu l’investissement de certains membres de la communauté en leur remettant des prix spéciaux.

  • Une réunion d’affaires sur les avancements réalisés par la Société cette année, et les chantiers encore en cours, tels que la lutte contre le harcèlement sexuel au travail, les services partagés en ressources humaines ou les bourses de la Fondation SSTA.

L’Ordre du Mérite acadien fut attribué à Diane Bernier-Ouellette, grande figure de l’enseignement et de la littératie en français, ayant contribué à la réalisation du plein potentiel de nombreux élèves, mais aussi de nombreux parents, en parallèle de son travail pour la communauté, notamment à la présidence du centre scolaire-communautaire La Belle-Alliance (photo de gauche). Alméda Thibodeau a reçu quant à elle le Certificat honorifique de citoyenneté acadienne de l’Î.-P.-É., en remerciement de ses nombreuses heures de bénévolat pour la communauté, au cours des 50 années où elle a habité la province (photo de droite). Deux moteurs de la communauté francophone et acadienne, qui nous encouragent à rester bienveillants et investis dans nos valeurs pour avancer ensemble.


Lors du banquet, les participants ont pu bénéficier de l’exposé des données recueillies jusqu’alors pour le projet de recherche à la suite du recensement développant le profil sociodémographique de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard ; un projet que mène la SAF’Île en partenariat avec l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF), UPEI et Statistique Canada.

Malgré la perte dramatique du Père Eddie Cormier, son premier parrain, la Fondation SSTA continue à jouer un rôle majeur dans l’éducation en français. En hommage à cette figure exceptionnelle pour la jeunesse acadienne et francophone, il a été décidé que la bourse SSTA prendrait désormais le nom de bourse « Père Eddie Cormier ». En 2021-2022, ce sont 19 étudiant.e.s qui ont pu bénéficier de ces bourses.

De nombreux défis demeurent, accentués par la pandémie ayant frappé ces dernières années : manque de coopération inter-organismes et gouvernemental, manque de ressources humaines… Une occasion pour Isabelle Dasylva-Gill et Edgar Arsenault de rappeler que l’esprit d’équipe demeure le meilleur moyen d’aller de l’avant. Les centres de partage des coûts et des ressources en sont un très bel exemple. 

Enfin, la SAF’Île s’est dotée d’un nouveau président : Émile Gallant. À ses côtés, Charles Duguay a souhaité renouveler son mandat comme vice-président, et Dakota Cameron poursuivre le sien comme trésorier. Cette assemblée générale a été riche en émotions et en échanges passionnés : une belle preuve de l’implication au sein de la communauté.

« On a même entendu les gens dire que c’était une des meilleures AGA de la Société » - Isabelle Dasylva-Gill.

NOVEMBRE

SEMAINE NATIONALE DE L’IMMIGRATION FRANCOPHONE

Comme chaque année depuis 2013, la Fédération des Communautés Francophones et Acadienne (FCFA) du Canada organise, en partenariat avec les Réseaux en Immigration Francophone (RIF) provinciaux et territoriaux, la « Semaine Nationale de l’Immigration Francophone ». Berceau de nombreux évènements et discussions à travers le pays, elle vise à transmettre une idée de la communauté francophone comme espace uni, inclusif, pluriel et solidaire, qui accueille toutes les cultures et promeut la diversité de la francophonie canadienne. Avec le thème « Nos traditions et notre avenir », la semaine de 2022 a été l’occasion de mettre en avant de multiples identités et histoires, et d’encourager la communauté francophone au sens large à mieux connaître ceux qui la composent.

Prenant part à cette célébration, la SAF’Île a partagé des portraits de personnes francophones issues de l’immigration que vous pouvez retrouver ici.


ATELIERS DE PRÉVENTION CONTRE LE HARCÈLEMENT SEXUEL EN MILIEU DE TRAVAIL

La SAF’Île continue de s’impliquer pour le respect et le bien-être au travail en participant au projet national

« Bienveillance au travail », à travers la mise à disposition de ressources, autant en ligne que papier. Des ateliers de prévention gratuits ont été également donnés par Jacinthe Lemire, propriétaire de la firme de consultations « Solutions Eurêka ».

Initiative pancanadienne pluriannuelle ayant pour objectif d’outiller les communautés acadiennes et francophones pour lutter contre les situations de harcèlement sexuel en milieu de travail, le projet « Bienveillance au travail » s’adresse à tous les publics intéressés par des ressources en français à ce sujet. Gratuit, il est porté par la SAF’Île à échelle de la province, et par les associations de juristes d’expression française ailleurs au Canada. Il a permis de renforcer les programmes déjà à l’œuvre tels que SHIFT, initié par la Commission des droits de la personne de l’Î.-P.-É. ou RISE, relié au Centre d’information juridique communautaire (Community Legal Information). Le programme RISE avait déjà mis à disposition des guides en français et en anglais, permettant de rassembler les informations essentielles en cas d’agression.

Vous pouvez retrouver les ressources mises à disposition par la SAF’Île sur le site internet, à www.safile.org/harcelement-au-travail.





DÉCEMBRE

RENCONTRES DE LA FCFA

La SAF’Île était invitée sur la Colline Parlementaire en tant que membre de l’Équipe francophonie organisée par la FCFA (Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada), afin d’échanger avec des membres du Sénat et du Parlement à propos de plusieurs dossiers prioritaires. Ont été abordés :


  • Le projet de loi C-13 (modernisation de la Loi sur les langues officielles).

  • Le Plan d’action sur les langues officielles, qui définit les principaux fonds distribués pour soutenir les communautés de langue officielle en situation minoritaire

  • La cible de rattrapage en matière d’immigration francophone s’inscrivant dans la volonté de la FCFA de pallier l’urgence démographique de la communauté et de relancer la francophonie.

Ces rencontres ont également été l’occasion de rassembler le Forum des leaders, une alliance de partenaires existant sous l’égide de la FCFA pour contribuer au développement du français et de la francophonie à travers le Canada.

JOUR DU SOUVENIR ACADIEN

Le mardi 13 décembre, la Société acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, le Musée acadien de l’Î.-P.-É., Parcs Canada et la Fédération culturelle de l’Î.-P.-É. ont planifié une cérémonie pour commémorer le Jour du Souvenir acadien, au lieu historique national de Skmaqn – Port-La-Joye – Fort Amherst.

Malheureusement, ce rassemblement a dû être annulé en raison de la météo, mais chacun a été invité à rendre hommage aux victimes de la déportation à sa façon. La chanteuse Angie Arsenault a posté en ligne la chanson qu’elle devait initialement interpréter lors de la cérémonie, et nombreux sont les messages de reconnaissance de la résilience acadienne qui ont fleuri partout sur les médias sociaux. Le président de la SAF’Île, Émile Gallant, a quant à lui déposé une couronne de fleurs au pied du monument de l’Odyssée, quelques jours plus tard. Malgré son annulation, la préparation de la cérémonie a permis de renforcer nos liens de collaboration et de solidarité en tant que communauté, autour de la mémoire des naufragés de 1758 – et de tous ceux qui ont dû faire face au Grand Dérangement.

« NOS APPARTENANCES À LA FRANCOPHONIE DE L’ÎPÉ » : UNE ENQUÊTE IMPORTANTE POUR LA COMMUNAUTÉ ACADIENNE ET FRANCOPHONE INSULAIRE

Une étape importante du projet de recherche "Profil socio-démographique de la francophonie de l'Î.-P.-É.", entourant le recensement de 2021, a été franchie. À travers l’enquête « Nos appartenances à la francophonie de l’Î.-P.-É. », menée par la chercheuse Rachelle Gauthier (UPEI), la SAF’Île cherche à ajouter des données qualitatives complémentaires aux chiffres que Richard Marcoux et Dominique Pépin-Filion, statisticiens de l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) et de Statistique Canada, ont déjà recueilli pour ce projet post-censitaire.

Rappelons que ce projet de recherche, financé par le Secrétariat du Québec aux Relations Canadiennes (SQRC), vise à élaborer un portrait juste de la communauté acadienne et francophone de l’Île, afin de mieux comprendre son évolution, au cours des trente dernières années.

En attendant les consultations régionales de 2023, les résidents de l’Île qui se sentaient concernés et touchés par la francophonie de leur province ont été invités à remplir un court questionnaire virtuel, que venait ensuite compléter – pour les personnes intéressées – un entretien de 45 minutes avec la chercheuse. Cette dernière a salué une bonne participation globale, permettant à la SAF’Île de mieux prendre la mesure du sens d’appartenance ressenti par les habitants de l’Île. Les résultats sont attendus pour le mois de juin 2023.

L’entretien de Rachelle Gauthier avec Radio-Canada à propos de cette enquête est à retrouver ici : Radio-Canada.

Pour mieux connaître les données recueillies dans le cadre du projet de recherche, rendez-vous sur le site de la SAF’Île : https://www.safile.org.


RENCONTRE DU RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS (RDD) Le réseau s’est réuni en virtuel le 14 décembre 2022, pour échanger sur le Plan de développement global (PDG) et ses initiatives structurantes. Divisée en deux temps forts, cette rencontre a permis de faire un bilan du portrait de la communauté acadienne et francophone de l’Île en 2021-2022, mais aussi de prendre des nouvelles des projets en cours. Malgré la décroissance globale du nombre de personnes parlant français au sein de leur domicile (-8%) et de celles ayant le français pour langue maternelle (-7%), le bilan a permis de mettre en évidence une augmentation de 9% de la population ayant la connaissance du français à l’Île, soit la première de cette importance depuis les années 1990. Autre augmentation notable : celle du financement des organismes communautaires, de près de 20%. Parmi les différents secteurs touchés, la culture est celui qui bénéficie du plus d’investissements budgétaires, mais l’éducation est celui pour lequel l’évolution est la plus concrètement mesurable, puisqu’en parallèle de l’augmentation de ses budgets (15% de plus en 2021-22), on remarque un accroissement du nombre d’élèves francophones dans la province (+6%) et du nombre de diplômés francophones (+4%). En dépit des efforts déployés pour augmenter les capacités des Centres de la petite enfance francophones, le nombre de places disponibles au sein des services ne répond pas aux défis démographiques et démolinguistiques de la communauté. Avec l’agrandissement des centres de Summerside et d’Évangéline dans les prochains mois, l’Association des centres de la petite enfance francophones espère cependant atteindre un effectif plus élevé de places pour la fin de l’année 2022-23. Le Réseau de développement économique et d’employabilité de l’Île-du-Prince-Édouard (RDÉE) a également profité de l’occasion pour partager l’opportunité qui lui a été proposée en rejoignant le projet Atlantique d’accompagnement au développement durable, en collaboration avec les autres organismes de développement économique de l’Atlantique. Ce projet, mené jusqu’en mars 2026, pose une réflexion sur l’économie et la gouvernance durable. De son côté, le service partagé en finances continue de connaître une augmentation de son chiffre d’affaires, devenant un véritable appui des organismesdu réseaue, et indispensable à la communauté.

  • 30 -

La Société acadienne et francophone de l’Î. -P.- É. est l’organisme porte-parole officiel des Acadiens, Acadiennes et francophones de l’Île-du-Prince-Édouard. Son mandat est de travailler pour que tout Acadien, toute Acadienne et francophone puisse vivre et s’épanouir individuellement et collectivement en français à l’Île-du-Prince-Édouard.   The Société acadienne et francophone de l'Î.- P. -É. is the main voice for the Acadians and Francophones of Prince Edward Island. Its mandate is to work so that all Acadians and Francophones can live and develop individually and collectively in French in Prince Edward Island.

bottom of page