top of page

Historique de l’Ordre du mérite acadien de l’ÎPÉ

Charles Duguay

L’Ordre du Mérite Acadien fut donné à Charles Duguay.

Après 30 ans de pratique en tant qu’avocat, Maître Duguay prend sa retraite en mai 2018. Cependant pour lui, retraite ne rythme pas avec arrêt d’implication. Au cours des années, il siège au sein de plusieurs comités : Carrefour de l’Isle, Jeux de l’Acadie, Francofolies de Charlottetown, SAF’Ile, Congrès Mondial Acadien, Salon du Livre... pour ne citer que ceux-ci.

Ce prix remercie sa grande implication dans la communauté francophone de l'Ile-du-Prince-Edouard.

2023

Diane Ouellette

L’Ordre du Mérite Acadien fut donné à Diane Ouellette, résidente active de la région de Summerside-Miscouche. Mme Ouellette a œuvré pour l'avancement de la communauté acadienne et francophone insulaire dans le cadre de ses fonctions professionnelles et par ses activités bénévoles. Elle a œuvré inlassablement pour l'avancement de l'éducation en français tout au long de sa carrière et toujours aujourd’hui à la retraite. Dans son rôle de consultante en adaptation scolaire, elle a travaillé à la mise en œuvre de plans d'action pour aider les élèves à atteindre leur plein potentiel. ​

​En plus de sa carrière professionnelle, elle s’est beaucoup impliquée au niveau du développement communautaire. Elle a été membre du Comité consultatif de la communauté acadienne et francophone (CCCAF), présidente du comité régional de la SSTA (maintenant SAF’Île), La Belle-Alliance, organisatrice d'un camp culturel pour les jeunes francophones de la région de Summerside, membre du conseil exécutif et très bonne danseuse dans un groupe folklorique de danse de la région Évangéline, ainsi que membre du conseil d'administration et coprésidente du Festival mondial de danse. Elle contribue grandement au développement de notre communauté par l'entremise de son amour pour le folklore, qu'elle a su si bien transmettre à ses enfants.  

« Je suis reconnaissante pour cet encouragement et cette grande gentillesse et je l’accepte avec profonde gratitude; remerciements sincères à celles/ceux qui ont rendu cela possible. Joindre le groupe de ceux qui ont mérité l'Ordre du Mérite Acadien avant moi est un grand honneur. Bien sûr que ce prix appartient également à ma chouette famille, mes amies/amis, mes anciens collègues et vous tous qui travaillez tellement fort chacun à votre manière - grandes gestes et petits gestes - à préserver notre langue et à la transmettre à la prochaine génération. » a-t-elle partagé à la suite de la remise du prix.

2022

Fréda Bénard

L’Ordre du Mérite Acadien a été remis à Fréda Bénard. Femme incontournable de la communauté acadienne et francophone de la région de Prince Ouest, Fréda Bénard a commencé à siéger au Conseil Rév. S.-É.-Perrey dans les années 90. Née à l’Île dans une famille de 11 enfants, elle a déménagé à Boucherville, Québec, en 1953 et a élevé 3 garçons. Elle revient en 1990 pour s’établir sur le chemin Chaisson à St-Edouard. Depuis quelques années Fréda Bénard vit à Alberton proche de sa famille. On retient son grand talent sur l’estrade notamment avec la troupe V’nez Chez Nous, son rôle fondateur au Club des cœurs joyeux, sa présence sur de nombreux projets avec l’école Pierre-Chiasson.
« Merci pour ton dévouement à la communauté acadienne et francophone de Prince-Ouest Madame Fréda Bénard. » a conclu Denis Morais lors de la remise du prix à Fréda Bénard émue aux larmes.

2021

Lemmie Chaisson

Lemmie (Lem) Chaisson est né à Rollo Bay, Î-P-É, le 3 avril 1945. Il a vécu hors de l’Île pendant 10 ans mais il est revenu en 1973 où il a vécu jusqu’à sa mort en 2013. Il est membre de la SSTA depuis les années 1990. Avec sa femme Judy, il a participé activement à des événements culturels acadiens. Il a participé aux célébrations du 15 août à partir de 1998, souvent comme artiste. Il a contribué à la construction d’affiches érigées sur deux sites patrimoniaux, l’un sur la rivière Fortune et l’autre à Rollo Bay. Il a accompagné le groupe « Les Alouettes » à plusieurs reprises avec sa guitare pour les étudiants à des concerts à l’école La-Belle-Cloche et faisait partie des jam-sessions organisées à l’école. Il faisait aussi partie du groupe de musique Chaisson Trio.



Lorsque l’école La-Belle-Cloche a ouvert ses portes en 2003 à Rollo Bay, un chauffeur devait transporter quatre enfants de la région de St. Peters et Greenwich. M. Chaisson a utilisé sa camionnette personnelle pour transporter ces étudiants de leur maison à l’école pendant deux ans.

M. Chaisson a fait partie d’un épisode de « Past Lives » qui traitait de la déportation des Acadiens dans la région Havre-Saint-Pierre, parmi lesquels figuraient ses ancêtres du 18e siècle : François Chiasson et Ann Doucet. Une portion de l’émission était filmée chez M. Chaisson où ils ont capturé son émotion et sa passion. Comme beaucoup d’Acadiens dans la région de Kings-Est, M. Chaisson ne parlait plus le français car la communauté a souffert d’une très grande assimilation sur plusieurs décennies. Néanmoins, depuis plusieurs années, de gros efforts de refrancisation sont faits dans la région, et d'ailleurs M. Chaisson a lui-même pu reconnecter avec cet héritage en prenant des cours de français quand il avait une soixantaine d'années. Il était très fier de son héritage acadien et s’est énormément impliqué avec la communauté acadienne et francophone. Il a visité plusieurs des premières colonies, faisant des excursions à Grand-Pré, à Port Royal, à la Forteresse de Louisbourg et autres. Lemmie Chaisson était fier que trois de ses petits-enfants fréquentaient l’école La-Belle-Cloche et très ravi d’entendre qu’ils parlent un français si magnifique. Aujourd’hui, quatre de ses petits-enfants et trois arrière-petits-enfants vont à La-Belle-Cloche.

2019

Béatrice Caillié

Béatrice Caillié est née à Bordeaux en France. Elle déménage au Canada dans sa jeunesse, d’abord à Montréal au Québec, puis Halifax, en Nouvelle-Écosse, et à Ottawa en Ontario, avant de s’établir à Seaview, à l’Île-du-Prince-Édouard, dans les années 1990. Après avoir fait ses premiers pas dans la communauté en tant que conseillère de voyage pour Tours Acadie, elle devint directrice adjointe de la SSTA. Elle a aussi travaillé pour le Réseau des services en français. Elle assura ensuite la direction générale de la Fédération des parents de l’Î.P.É. puis celle de la Belle-Alliance où elle exerça de 2002 à 2016.

Cela fait maintenant près de 30 ans que Mme Caillié s’implique pour la communauté acadienne et francophone insulaire, en particulier celle de la région de Summerside/Miscouche. Elle s’est aussi beaucoup engagée en tant que bénévole dans divers organismes ou comités de la communauté, dont notamment pour les Jeux de l’Acadie, le Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches, ou comme représentante du comté de Prince au Comité consultatif de la communauté acadienne et francophone (CCCAF). Désormais à la retraite, elle exerce encore aujourd’hui la fonction de secrétaire, au conseil d’administration du Salon du livre de l’Î.P.É.

Sa contribution à la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard a d’ailleurs déjà été reconnue à plusieurs reprises. En effet, elle a reçu en 2001 le Certificat honorifique de citoyenneté acadienne, ce qui permet de considérer Béatrice Caillié comme une Acadienne insulaire. En 2016, à l’occasion de son départ en retraite, une salle du Centre Belle-Alliance a été nommée en son honneur, pour la remercier du travail effectué au poste de direction du centre scolaire et communautaire de Summerside, pendant plus de 14 ans.

2018

Arthur Buote

Arthur Buote est né à Rustico, et est l’ainé d’une famille de cinq enfants. Il fait ses études dans le domaine de l’enseignement à la Baie Sainte-Marie à l’université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse. Après ses études, il revient s’installer avec son épouse à l’Île-du-Prince-Édouard. Depuis, Arthur Buote s’investit chaque jour pour la communauté acadienne, tant pour son rôle de commissaire de la Commission Scolaire de langue française ou comme membre du conseil d’administration du Centre Acadien de Rustico.

Il fut enseignant de 1968 à 1999 à l’école Saint-Augustin, et également directeur entre 1972 et 1979. Dans les années 1980, comme il n’y a pas d’école de langue française dans la région, il enseigne aussi en immersion. Entre 1984 et 1996, il est propriétaire d’une cantine « Phil’s takeout ». M. Buote est aussi très investit bénévolement dans la communauté acadienne et francophone. Il a notamment siégé au conseil d’administration de la Caisse Populaire à Rustico Nord, a fait partie de la banque des fermiers, engagé auprès de l’église Saint-Augustin et de la Société Saint-Thomas-d’Aquin.

Il est aussi attaché à Allied Youth (équivalent anglais de Jeunesse Acadienne), membre de la Fédération des Aînés et du comité pour sauver le Centre Belcourt et par la suite membre du comité Lennon House. Il s’implique aussi dans les Rendez-vous de Rustico depuis leur création il y a 23 ans.

Toujours aussi attaché à sa communauté, Arthur Buote est très actif depuis sa retraite. Il est suppléant dans les écoles, directeur du conseil acadien, guide touristique et même agent financier. Depuis l’été 2017, il ne travaille plus officiellement.
M. Buote est un membre modèle de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, généreux avec son temps, habile et plein d’énergie, toujours prêt à offrir son aide et surtout passionné par les choses qui lui tiennent à cœur.

2017

Père Charles Gallant

Charles Gallant est né et a grandi à l’Île-du-Prince-Édouard dans une maison située entre Mont-Carmel et Baie-Egmont. Il a maintenant 97 ans, a été l’un des grands bénévoles de la SSTA et a la cause du français à coeur. Baptisé à Mont-Carmel, il a étudié pendant une dizaine d’années dans une petite école locale à Baie-Egmont qui enseignait le même programme que les écoles anglaises excepté le catéchisme et la grammaire française en plus.

À l’âge de 16 ans, il est parti étudier au collège Saint-Joseph où il restera pendant 7 ans et fera des études classiques bilingues mais surtout en français. Cette première expérience lui donnera le goût du français. Charles Gallant a par la suite réalisé des études théologiques au séminaire d’Halifax pendant 4 ans de 1942 à 1946.

Après son ordination, il enseigne le français au collège Saint-Dustan qui deviendra par la suite l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. Cette première mission a duré deux ans. Il est ensuite nommé vicaire dans la paroisse de Baie-Egmont. Le curé avec qui il travaillait aimait beaucoup la langue française et lui a transmis cette ferveur. Cette collaboration durera neuf ans.

Charles Gallant a ensuite travaillé dans différentes paroisses en tant que curé ; 10 ans à la paroisse rurale de Saint-Charles à proximité de Souris où la majorité des personnes étaient acadiennes de nom mais ne parlaient pas la langue. C’était principalement un milieu anglais. Il a également travaillé pendant 14 ans à la paroisse de Mont-Carmel et 10 ans dans celle de Baie-Egmont. En 1948, Charles Gallant deviendra avec monsieur J. Henri Blanchard et son gendre Edmond Arsenault les grands animateurs de la Société-Saint-Thomas-d’Aquin. Monsieur Blanchard était à la tête de la SSTA, son gendre était secrétaire et Charles Gallant était trésorier. Ce travail en collaboration durera une trentaine d’années et s’inscrira comme le début d’une longue histoire. À ce moment-là ils travaillaient bénévolement afin de suivre les jeunes Acadiens de l’Île qui souhaitaient étudier et pour leur obtenir des bourses dans les collèges et universités du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et de l’Île-du-Prince-Édouard.

Pendant près de 30 ans Charles Gallant agit comme trésorier de la SSTA. « La Société-Saint-Thomas-d’Aquin a permis de côtoyer tous ces gens qui ont la cause du français à coeur. Je suis heureux que cette reconnaissance vienne de la SSTA » a-t-il déclaré, ému. Le père Charles Gallant est désormais à la retraite qui est une retraite bien méritée après tout cet
engagement à la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard.

2016

Ralph Richard

M. Ralph Richard a beaucoup contribué à l'épanouissement de la vie acadienne et francophone de la communauté de Prince-Ouest. Tout jeune encore, M. Richard a appris le français de ses parents qui, eux aussi, étaient de fiers membres de la communauté acadienne et francophone. Lui et sa femme, Acadienne elle aussi, ont eu deux enfants. Pour le couple, la culture et la langue ont joué un rôle primordial lors de l'éducation de leurs enfants dont un est maintenant diplômé du programme d'immersion, et l'autre de l'école Pierre-Chiasson, du Collège Acadie, et maintenant de l'Université de Moncton.

Ce fier Acadien de Prince-Ouest a toujours eu une passion et un dévouement envers la communauté acadienne et francophone. Au cours des années, il a beaucoup contribué au développement communautaire en tant que bénévole. Il a, entre autres, été trésorier du Conseil Rév. S.-É.-Perrey inc.,ou il continuera après son mandat de siéger au Conseil comme membre très actif. Son œuvre au Conseil est grandement appréciée puisqu'il est considéré un homme juste, et tous ceux qui le côtoient bénéficient de ses conseils judicieux et de son bon jugement.

2015

Récipiendaires de l'Ordre du mérite acadien de 1980- 2018
  • 2018: Béatrice Caillié

  • 2017: Arthur Buote

  • 2016: Le Père Charles Gallant et la classe de 10e année de l'École-sur-Mer

  • 2015: Ralph Richard

  • 2014: Pierre Arsenault

  • 2013: M. Émile Gallant

  • 2012: M. Lennie Gallant

  • 2011: Mme Darlene Arsenault

  • 2010: Mme Cécile Gallant

  • 2009 : M. Edmond Gallant et Mme Zita Gallant

  • 2008 : M. Georges Arsenault

  • 2007 : M. Cyrus Bernard Jr., Prince-Ouest

  • 2006 : Mme Tara McNally-MacPhee, Kings

  • 2005 : Mme Yvonne Doucette, Rustico

  • 2004 : Mme Anita Poirier, St.-Louis

  • 2003 : M. Antoine Richard

  • 2002: Mme Alice Richard

  • 2001: Mme Berthe Blanchard

  • 2000: Mme Clarisse Gallant

  • 1999: M. Guillaume Gaudet, Tignish

  • 1998: Mme Louise F. Arsenault, St-Gilbert

  • 1997: M. Francis Blanchard

  • 1996: Mme Clara T. Gallant

  • 1995: Mme Délina Cormier, Mme Exeline (Arsenault) Maddix, Mme Marie Lucille Arsenault et M. Joseph P. A. Arsenault

  • 1994: M. Gélas Gallant de Rustico

  • 1993: M. J.-Aubin Richard de St-Pierre et St-Paul et Sr Marie Gaudet de Tignish

  • 1992: Sr Louise Gallant de Charlottetown et M. P. Édouard Blanchard de Rustico

  • 1991: Mme Angèle Richard de Miscouche et M. Cyrus Gallant, diacre, de Summerside

  • 1990: M. Paul D. Gallant de Mont-Carmel et Mme Orella Arsenault de Wellington

  • 1989: Mme Avéline Peters de Bloomfield et M. Marcel Perry de Palmer Road

  • 1988: M. Joseph Cormier de Summerside

  • 1987: M. Paul-Clément Gallant de Souris

  • 1986: Mme Joséphine Arsenault d'Abram-Village

  • 1985: M. Jérémie Pineau de Summerside et M. François Richard de Summerside

  • 1984: M. Roch Gaudet de Tignish, Sr Marguerita Gaudet de Tignish et Mme Marie-Bélina Arsenault de Baie-Egmont

  • 1983: M. Iréné Gallant de Charlottetown et Mme Eleonore Gallant de Rustico.

  • 1982: Mme Matilda Richard de Summerside et Sr Hermine DesRoches de Miscouche

  • 1981: M. Tilmon B. Gallant de Mont-Carmel et Mme Florina Gallant d'Abram-Village

  • 1980: Mme Marguerita Richard de Tignish

En 1979, la Société admet les personnes suivantes au titre de membre honoraire:
  • M. l'abbé Joseph LeClair,

  • M. Ulric Poirier,

  • M. l'abbé Jean-François Buote,

  • M. l'abbé Clarence Pitre,

  • M. Raymond Reid, M.D.,

  • M. J. Edmond Arsenault,

  • Mme Stanley Bernard,

  • M. Alyre Gallant,

  • Mlle Clothilde Arsenault,

  • M. Prospère A. Arsenault,

  • M. Paul Gallant,

  • Mme Édouard (Doris) Arsenault

  • Sr Antoinette DesRoches.

Lors de la 60e assemblée annuelle, qui se déroule à Charlottetown, six personnes reçoivent l'Ordre du Mérite acadien. Il s'agit de :

  • M. l'abbé Jean-François Buote, Summerside

  • Mme Anne-Marie Perry, Tignish

  • Sr Antoinette DesRoches, Miscouche

  • M. Théophile Blanchard, Rustico

  • Mme Marie-Anne Richard, Mont-Carmel

  • M. J. Edmond Arsenault, Charlottetown

bottom of page